La Savoye

Carte géographique

AUTORE:
SAINTE-HELENE Placide de
DATA:

1691

AUTORE:
DELISLE Guillaume
AUTORE:
DEZAUCHE Jean-Claude

Le Père Placide (1648-1734), géographe du roi, dresse une carte de la Savoie en 1691 en s'inspirant notamment de la carte de Tommaso Borgonio de 1680. Plusieurs éditions de la carte de Placide de Saint-Hélène sont réalisées durant des décennies, en effectuant des changements mineurs. C'est le cas de cet exemplaire, qui date de 1782. Un cartouche en bas à gauche, surmonté d'un globe et richement décoré, indique le titre de la carte « La Savoye, dédiée au Roy », son auteur ainsi que la date de parution. Une seconde inscription, à droite du cartouche mentionne le nom de l'éditeur, Dezauche à Paris, ainsi que l'échelle utilisée. Les deux personnages qui portent cette inscription sont probablement des colporteurs. Dans un troisième cartouche, en haut à gauche, l'auteur décrit le territoire représenté, les frontières de la Savoie et les 8 parties qui la composent. Sur la carte en elle-même, les frontières des duchés et comtés en pointillés sont rehaussées par des couleurs. La toponymie est extrêmement riche, à tel point qu'elle rend la carte difficilement lisible. Chaque nom de lieu est accompagné d'un édifice, voire d'un groupe d'édifices pour les villes. Les cités les plus importantes, comme Grenoble, Annecy, Genève, sont entourées de fortifications. Les voies de communication principales, entre les villes, sont inscrites à l'aide de traits continus mais la plupart des lieux ne sont pas reliés. Le réseau hydrographique est également inscrit et les principaux cours d'eau sont nommés. La représentation des trois lacs principaux comporte encore de nombreuses imprécisions, notamment du côté genevois du Léman, au niveau du Petit Lac. Le relief est quant à lui représenté en perspective cavalière. Il dépend, comme dans toutes les cartes jusqu'à la fin du 18e siècle, de la perception de l'auteur et ne correspond pas à une réalité cartographique. Dans cet exemple, les « taupinières » symbolisant les montagnes sont plus hautes et imposantes en Maurienne, dans le Piémont et le Val d’Aoste. La région de « Chamunis » (Chamonix) comporte également de hautes montagnes et certaines ont des formes particulières. En effet, la majorité des monts sont dessinés comme des bosses, d'où le nom de « taupinières », mais vers Chamonix plusieurs montagnes comportent trois pics. Il pourrait s'agir d'une représentation des aiguilles (Aiguilles de Chamonix, Aiguilles Rouges) bien que leur nom ne soit pas encore mentionné. Sur cette édition, datant de 1782, il est intéressant de remarquer que seule une chaîne au nord-est de Chamonix porte un nom : Les Glacières. Sur l'édition de 1793, soit sept ans après la première ascension par Paccart et Balmat, le mont Blanc est individualisé. Son nom est ajouté sous l'une des montagnes à trois pics, au sud de Chamonix.

DESCRIZIONE FISICA

Gravure en creux avec rehauts en couleur sur deux feuilles de papier vergé liées

DOMINIO

Cartes - plans, Estampe

MISURE

H. en cm : 57,5; L. en cm : 44,5

ITEM COLLEGATI

La Savoye

NUMERO DI INVENTARIO

AG.766

CATALOGATO DA

Musée Alpin de Chamonix-Mont-Blanc